Ce forum est inspiré de la série Orange is the new black
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Welcome to your new home

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Je suis
avatar

It's my fault

Messages : 26
Date d'inscription : 13/12/2014


MessageSujet: Welcome to your new home   Jeu 18 Déc - 18:24

Welcome to your new home
Azilis & June

Avant que j'ai eu le temps de me faire à l'idée que bientôt la prison serait ma nouvelle maison, j'étais déjà poussée dans le fourgon de prisonnier en direction du Connecticut, des menottes emprisonnant mes mains. Tout au long du trajet, mon esprit divagua, repensant à mes derniers moments avec Jason, dire que je n'avais aucune idée de ce qu'il allait devenir. Je ne savais pas non plus où j'allais, je ne pouvais qu'imaginer dans les tourments de mon esprit à quoi ressemblerait la prison. Devais-je m'attendre au pire ? Sans doute. Lorsque le wagon s'arrêta dans un crissement, j'attendis un instant que la porte s'ouvre, un rayon de lumière venant illuminer mon visage tandis qu'un gardien vêtu d'un uniforme s'approchai de moi et m'enjoignait à sortir. Je regardai les environs avec des yeux grands ouverts, suivant juste le gardien tandis que le garde me guidait vers le bâtiment principal. L'idée de m'enfuir ne me vint même pas à l'esprit, qu'aurais-je pu faire, on m'aurait rattrapé en deux, trois mouvements je le savais parfaitement. Ici, j'étais une inconnue et je ne connaissais pas suffisamment les lieux pour tenter une fuite alors je suivi l'homme à la barbe de 3 jours tandis qu'il me guidait jusqu'à une gardienne qui prit le relais après m'avoir enlevé mes menottes. La fouille au corps se déroula puis je dus enlever tous mes effets, décrochant mes boucles d'oreille pour les mettre dans un bac. Dire qu'il y a quelques mois, j’ôtai déjà ces boucles d'oreilles sauf qu'à ce moment, c'était pour la bonne cause. Quelques instants plus tard, on me conduisit à une petite pièce où je dus enfiler l'uniforme orange sous le regard perçant de la gardienne qui attendait à deux pas de là, tous moment d'intimité seraient sans doute à bannir ici, alors bien qu'hésitante, j'enfilai la tenue. Je suivis ensuite la gardienne qui me donnait des instructions dans l'interminable couloir qui conduisait au bloc A, le bloc réservé aux femmes. J'écoutai son discours d'une oreille discrète, examinant les lieux, une boule dans ma gorge, le ventre serré du à appréhension tandis que je me rendais définitivement compte que maintenant j'étais seule. Seule avec l'inconnu, sans Jason pour me rassurer. Je respirai profondément tandis que la gardienne tourna ses clés dans la porte de la cellule et me fit signe d'entre tout en déclarant d'une voix brute :

- June Simon, vous avez désormais une nouvelle co-détenue.

Puis la gardienne ferma la porte, me laissant seule avec cette fille qui était pour le moment dans l'ombre de la pièce. Tentant de paraître aimable, je déclarai :

- Salut, moi c'est Azilis.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
avatar

Guilty or not ?

Messages : 51
Date d'inscription : 15/12/2014


MessageSujet: Re: Welcome to your new home   Sam 20 Déc - 1:28


Welcome to your new home




"Mademoiselle Simon, l'Etat du Connecticut vous condamne à un an et neuf mois de prison avec sursis. Vous serez détenue dans la prison d'Etat la plus proche. Ce jugement prend effet immédiatement, veuillez vous préparez dans la semaine qui suit à vous rendre au pénitencier pour purger votre peine.
Le "quoi?!" de l'accusée fut atténué par le coup de marteau du juge. Son avocat la retint par le bras en vain car voilà que June se levait pour exprimer son mécontentement.
_ Monsieur le jug... Votre honneur. Se corrigea t elle en faisant une petite courbette sous le regard impénétrable de son interlocuteur. Je crois que vous avez mal jugé la situation... Si je puis me permettre, si vous devez me punir de quelque chose, punissez moi pour mon sens des affaires.
Son avocat se plongea la tête dans sa main mortifié tandis que June se retournait vers sa mère assise juste derrière le banc des accusés. Elle était pâle comme la mort et la rouquine ressentit un pincement au coeur en la voyant comme ça. Faisant volte face, ses cheveux voltigèrent et June essaya de capter l'attention du juge pour faire pencher la balance de la justice de son côté. Le magistrat était déjà passé à autre chose et fut surpris de voir que June n'avait toujours pas débarrassé le plancher. Il se figea, une bouteille d'eau à la main sortie de sous son pupitre. Elle continuait et fit tinter ses bracelets de pacotille en pointant du doigt son bourreau:
_ Tout ça c'était que du business. Un petit encart publicitaire qui clignote dans le coin de votre écran et hop les gens se sentent immédiatement attirés. Publicité mensongère... Toutes les publicités ne le sont elles pas? *Elle regarda l'assistance d'accusés et leurs familles qui attendaient leur tour sur les bancs derrière en levant les yeux au ciel* On a tous vu la publicité pour cet extraordinaire shampoing qui vous fait flotter les cheveux en l'air comme dans le cosmos, n'est ce pas? *Quelques rires se firent entendre bientôt suivis d'un murmure qui ne plu pas au juge.*
_ Maitre veuillez guider votre cliente jusqu'à la sortie je vous prie.
_ Oui votre honneur... Excusez la. "
Son avocat lui tira plus violemment le bras que la première fois et June laissa échapper un "aoutch" très bruyant, se libérant une nouvelle fois avant de lui donner une tape sur la tête et sur le bras. Cet abruti ne méritait même pas le titre d'avocat, ses parents avaient choisi ce type parce que son annonce était passée à la télévision juste à ce moment là et qu'il était un des rares assez abordables qui avait l'air un tantinet sérieux car il portait une cravate.
June pointa une nouvelle fois un doigt accusateur vers le magistrat:
_ Dîtes moi que vous n'avez jamais cliqué sur une publicité qui vous demandait d'agrandir la taille de votre pénis!
Le juge déglutit et fit retentir son marteau à trois reprises pour couvrir les éclats de rire et la conversation grandissante qui emplissait la salle et la transformait en vrai foutoir. Maintenant c'était l'avocat des Simon aidé d'un agent de police qui portait la rouquine à quelques centimètres du sol pour la faire sortir.
_ Juste par curiosité... Votre honneur! Je ne mérite pas la prison! Qu'est ce que vous faîtes du rêve américain? Faire fortune grâce à son dur labeur c'était des conneries? Honte sur vous, la justice américaine et à votre micro pénis!
_ Silence ou je fais évacuer la salle!"

Le greffier lança un regard embarrassé au juge se demandant s'il devait vraiment noter tout ça. Le juge hocha faiblement la tête d'un air résigné.

Son entrée en prison avait été repoussée de trois semaines car il avait fallu ajouter à la paperasse une comparution immédiate pour ajouter à sa sentence, outrage à magistrat.
"Tu sais ce qui est le plus triste dans tout ça? Avait demandé June à sa soeur en sortant du tribunal pour la dernière fois. L'adolescente qui avait attendu sa petite famille dans le couloir fit non de la tête visiblement pressée de partir d'ici. June jouait avec son portable dans la main depuis quelques minutes et cela n'avait pas échappé à sa mère pendant l'audience. La rouquine mit son téléphone à deux centimètres des yeux de la petite soeur.
_ Il n'y a même pas une seule ligne sur mon affaire dans les médias. Même pas sur le site dédié aux audiences pénales... Tout le monde s'en fout!
Madame Simon barra le passage de sa fille ainée d'un air agressif.
_ C'est tout ce qui t'importe? Tu te fiches de nous en fait. Tu t'es toujours fichu de tout.
Mère et fille échangèrent un long regard mélange de déception et d'amertume avant que la première se détourne pour se diriger vers la voiture en premier bientôt suivie de son mari.
_ Pourquoi tu ne prends jamais rien au sérieux?"


Elle s'était fait une soirée nutella avant de sortir toute la nuit dans les rues avec une amie pour sa dernière soirée. Lourde de cette indigestion qui lui perturbait quelque peu l'estomac, dans le fourgon blanc qui menait tout droit à la prison, June avait posé sa tête contre la vitre froide et regardait défiler les paysages de campagne. La prison était loin de tout, qui eut crut qu'on était toujours dans New Haven.
"Je ne sais pas." Murmura June d'un air absent dans un souffle qui embua la vitre arrière. Le conducteur regarda derrière sans se préoccuper de la route comme s'il l'avait déjà parcouru des milliers de fois et que ça l'immunisait d'un accident futur.
"Comment? "
June l'ignora royalement perdue dans ses pensées. Elle avait presque envie de pleurer quand elle repensait au regard que lui avaient jeté ses parents ce jour là. Elle avait toujours été irresponsable, elle n'arrivait pas à prendre la vie au sérieux. Elle ne savait réellement pas pourquoi c'était comme ça.
June avait beau être une grande fille, c'était un des rares trucs qui la touchait toujours autant. C'était idiot. Elle n'avait jamais été la grande fierté de ses parents, pourquoi elle était encore toute chamboulée de la déception qu'elle leur causait? Peut être que parce que cette fois ci elle avait vraiment merdé. Se dit elle en voyant se dessiner au loin des fils barbelés en haut des murs de bétons. Si on m'avait dit que je finirai un jour en prison... Ah non en fait on me l'a déjà dit au lycée. Ce bon vieux monsieur Figgins avec sa moustache pourrie... Je me demande s'il est toujours prof de sciences. ça lui ferait quoi? 75 ans?
"Pourquoi tu souris? Tu trouves ça drôle détenue? Tu trouves ça drôle de finir en prison et de gâcher ta vie?
June ne réagit pas mal à l'agression verbale de l'agent qui s'occupait de l'accueil et répondit tranquillement d'un ton involontairement ironique:
_ Comment on finit par devenir gardienne de prison? Est ce qu'à un moment de notre vie on se dit qu'on a tellement foutu en l'air toute opportunité qu'on ferait autant s'enfermer avec des criminelles? C'est un peu comme de l'autoflagellation non?
Comme réponse, l'agent la plaqua contre le mur et June grimaça au choc de sa mâchoire contre le crépis. La femme des cavernes lui susurra au creux de l'oreille tandis qu'elle la fouillait.
_ Tu apprendras à la fermer... *Elle  déchiffra son nom sur son dossier qui venait d'arriver.* Simon." Aussitôt fait, elle la poussa dans la pièce suivante où on la déshabilla.

Au début elle avait été prise d'angoisse rien qu'à l'idée d'être enfermée. Ces derniers mois au cours du procès avaient été une torture et elle avait essayé de repousser l'idée le plus possible jusqu'à ce que le verdict ne lui laisse aucune échappatoire. Maintenant qu'elle était dans sa cellule, en plein dans l'action, June se dit que ce n'était pas si terrible. Elle n'était pas masochiste (à sa connaissance en tout cas), non, mais le truc c'était que l'idée de l'inconnu était bien plus effrayante que ce qu'elle était en train de vivre. Elle avait toujours été très curieuse de tout. Elle prendrait cette expérience comme une espèce de recherche anthropologique. Et peut être qu'elle pourrait se constituer un gang pour sa sortie! Ce serait fun!

"Salut moi c'est Azilis.
June porta son regard vers la nouvelle venue et la détailla brièvement. Elle était jolie. La rouquine bondit de son lit superposé pour atterrir devant Azilis et lui faire un salut comme à l'armée.
_ J'adore ta coupe, ça fait très new wave! *June toute pimpante, s'interrompit et devint soudain méfiante.* Une seconde... Tu n'es pas une criminelle à tendance sociopathe ou sujette à des pulsions violentes?
_ Euh... Non.

June reprit son sourire malicieux, soulagée.
_ Cool! Parce que l'accueil ici fait vraiment froid dans le dos! Y'a une catcheuse qui m'a étranglé hier après midi, on m'a dit que c'était pour me souhaiter la bienvenue. Mais je soupçonne Tania d'avoir le béguin pour moi. Je suis trop mignonne pour la prison... *June soupira avant de se remettre une mèche de cheveux en place.* Et toi aussi."
Elle se rassit dans son lit pour se mettre en tailleur. "Ton lit c'est lequel? Quand tu auras fini de le faire, je te montrerai où est le magasin si tu veux. Vaut mieux que tu y ailles en premier parce qu'ici les brosses à dent ne sont pas fournies dès notre arrivée. *June fit une mine de dégoût* Tu ne veux pas savoir avec quoi je me suis lavée les dents hier..." Elle observa Azilis commencer à mettre son drap sur son matelas et se leva pour l'arrêter.
"Ah non, elles ont toutes des règles super bizarres et ça commence avec la manière de faire ton lit. Elles veulent pas qu'on dorme sous le drap."






Azilis
June
© Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
avatar

It's my fault

Messages : 26
Date d'inscription : 13/12/2014


MessageSujet: Re: Welcome to your new home   Sam 20 Déc - 12:24

Welcome to your new home
Azilis & June


Je fus un peu surprise par la soudaine spontanéité de la jeune fille que je ne connaissais même pas.

- Oh merci.

Elle paraissait étrange, non vraiment spontanée. Sur le coup, elle me demanda aussitôt si je n'étais pas une psychopathe ou une criminelle de première classe. Je la dévisageai un instant tandis qu'elle me regardait plus étrangement.

- Euh ... non.

J'eus envie de lui demander si elle n'était pas une psychopathe, elle mais cela aurait vraiment un mauvais moyen pour entamer la conversation.

- Tu t'appelles comment au fait ?

Lorsqu'elle ajouta qu'elle avait failli se faire étrangler, mes yeux s'écarquillèrent un peu plus. Sérieusement ?! C'était donc bien pire qu'à quoi je m'attendais vraiment. Je lui jetai un coup d'oeil tandis qu'elle disait qu'elle pensait être trop mignonne pour la prison.

- Pourquoi tu as été incarcéré au fait ?

Je ne voulais pas être indiscrète mais c'était sans doute beaucoup mieux si je savais pourquoi elle était arrivé ici, après tout j'allais passai quelques heures ici alors autant que je sache avec qui j'avais affaire. Elle me demanda alors quel lit je choisissais. Je n'étais pas claustrophobe mais immédiatement je choisis le lit superposé histoire de me sentir plus en sécurité. Je me saisis des draps et commençai à faire mon lit quand elle ajouta qu'il y avait des règles hyper bizarre et que les gardiennes ne voulaient pas qu'on dorme sous les draps.

- Est-ce qu'elles ont peur qu'on s'étouffe avec ou quoi ? Ou bien est-ce qu'il y a d'autres règles étranges ? Je ne sais pas, est-ce qu'il faut qu'on utilise une couette ou c'est écrit "vous êtres en prison" ??

J'étais un peu exaspérée à vrai dire et mon visage trahissait vraiment ce sentiment, je me sentais à fleur de peau en étant ici, soudainement.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Welcome to your new home   

Revenir en haut Aller en bas
 

Welcome to your new home

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Go big or go Home ~ ! [Terminer]
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» † Carry me home tonight.
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orange is the new black :: BLOC A - FEMMES :: Cellules-